Météo

Un vol en montgolfière ne peut se dérouler que dans des conditions météorologiques calmes et stables afin d’assurer la sécurité du pilote et des passagers. En été, lorsque les températures rendent instables les conditions de vol, les moments idéaux pour décoller sont le matin juste après le lever du soleil et tôt en soirée.
Avant tout vol en montgolfière, le pilote doit étudier la météo du jour.

La direction générale du vent : elle indiquera la zone que le ballon est susceptible de survoler permettant au pilote de repérer sur une carte les zones proches de survol interdit, les villes et les endroits d’atterrissage potentiels (prés, champs).

La vitesse du vent : si le vent est trop fort, le gonflement du ballon au sol devient difficile. La force du vent détermine aussi la vitesse lors de l’atterrissage. Le pilote peut cependant se poser dans une vallée ou à l’abri d’un bois. Il peut aussi se servir des vents d’altitude plus soutenus pour franchir des obstacles (bois, lac, …).

La pluie : on ne vole pas s’il y a risque de pluie car celle-ci alourdit le ballon qui se descend irrémédiablement et se pose sans contrôle possible du pilote. De même, l’orage provoquant des turbulences, il n’est pas possible de décoller dans ce cas.

La température ambiante : c’est la différence entre la température ambiante et celle à l’intérieur de l’enveloppe qui détermine le pouvoir ascensionnel du ballon. Si la température est élevée, le pilote doit se limiter à emporter moins de poids et donc moins de passagers dans sa nacelle.

 

Share Button

Les commentaires sont clos.